La Revue Alter Égo

Télécharger la revue

Présentation de la Revue

La Revue Alter Égo est une tribune numérique de recherche scientifique orientée vers l’aide à la décision, produite par l’Association Alter Égo. Elle promeut une interdisciplinarité entre jeunes chercheurs camerounais et étrangers sur la problématique du développement et l’émancipation de l’Afrique telle qu’esquissée dans l’Agenda 2063 de l’Union Africaine (UA), à savoir : « L’Afrique que nous voulons ». Si elle privilégie les analyses axées sur l’espace géographique qu’est l’Afrique au sud du Sahara, elle reste ouverte à toute autre étude relevant de la géopolitique et du développement international.

Cette Revue œuvre à la promotion d’un développement humain, inclusif et durable en Afrique animé et structuré autour du leadership jeune. À travers une grille d’analyse pluridisciplinaire, la Revue Alter Égo reçoit et examine en priorité les analyses et débats qui portent sur : la gouvernance, l’intelligence économique, la paix, la démocratie et le développement de l’Afrique. La revue publie des numéros thématiques autour de sujets arrêtés à la suite des discussions au sein de la Commission Scientifique, organe directeur.

Elle reste cependant ouverte à l’examen de toute autre proposition d’article, quel que soit le thème. Ses activités sont coordonnées par une Commission Scientifique Internationale au sein de laquelle se déploie une Comité de Relecture qui en assure la rigueur. Le Coordonnateur Scientifique est le Docteur NOAH EDZIMBI François Xavier, spécialiste des Relations Internationales et Études Stratégiques, Chargé de programmes adjoint à l’Association Alter Égo, Chercheur associé au Centre Africain d’Études Stratégiques pour la Promotion de la Paix et du Développement (CAPED, Cameroun), au Centre Africain de Recherche pour la Paix et le Développement Durable (CARPADD, Canada), et à la Revue Espace Géographique et Société Marocaine (EGSM, Royaume Chérifien du Maroc).

Comité de relecture

  • Docteur NOAH EDZIMBI François Xavier, Université de Douala ;
  • LEKASSA Ghislaine, Université de Yaoundé I ;
  • MBARGA Dieudonné, Université de Yaoundé II ;
  • MVOGO Christophe, Université de Yaoundé I ;
  • MINKOMA Audrey, Ingénieur agro-socio économiste/cadre du MINADER.

Commission Scientifique Internationale

  • Professeur AKONO OMBGA Sédéna, Agrégé des Facultés de Droit/Université de Yaoundé II ;
  • Docteur ENGOUTOU Jean-Luc, Publiciste, Université de Yaoundé II ;
  • Docteur NGUEDE NGONO Jean-Pierre, Anthropologue/École des hautes Études en Sciences Sociales et Institut des Mondes Africains en France ;
  • Docteur NOAH NOAH Fabrice, Politologue, Université de Maroua ;
  • Monsieur KOUONANG Rostand, Ingénieur Économiste-Statisticien, spécialiste des politiques économiques.

Introduction

La thématique du développement en Afrique subsaharienne, et notamment la nécessité de « repenser le développement à partir de l’Afrique[1] », constitue, sans doute, un des sujets les plus prisés par les chercheurs. La plupart des études contemporaines sur la question se sont appliquées à évaluer son impact sur le réel, voire d’en interroger la pertinence au regard des conditions de vie des populations. Le développement est ainsi l’objet de débats contradictoires, en raison d’approches et de perceptions différentes dont disposent les peuples sur le sujet. « Afrique en miniature », le Cameroun est au centre de cette dynamique développementale dans la Communauté Économique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC). Après avoir expérimenté plusieurs approches de développement dès son accession à la souveraineté internationale, dont celui des plans quinquennaux, le pays s’est inscrit depuis 2010 dans une vision d’émergence en 2035. À cet effet, il a élaboré un document d’orientation de son développement dénommé : Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE). Structurée autour de la promotion de la croissance, la création d’emplois et la réduction de la pauvreté, cette stratégie correspond à une quête d’inclusion et de compétitivité. Cependant, une décennie après sa mise en œuvre, le niveau él